Graffiti sur nos cœurs

La plupart d'entre nous ont observé que s'il y a une surface vierge dans un lieu public, quelqu'un aura l'idée d'y écrire quelque chose. Aujourd'hui, nous appelons cela graffiti. Quand j'étais enfant à Los Angeles, j'ai remarqué pour la première fois des graffiti sur les murs des bâtiments de mon école. On les trouvait aussi toujours sur les murs des toilettes.

Il me semblait que tout le monde avait quelque chose à dire sur les murs publics. Au cours des années, j'ai remarqué les graffiti des membres de gangs dans certaines sections de la ville, pour marquer les différents territoires de chaque groupe. Dans les parcs public, des déclarations d'amour sont gravées sur les tables de pique-nique et les noms de personnes qui n'ont pas nécessairement choisi de les voir exposés sur un mur.

Ce sujet m'a fasciné pendant plusieurs années. Quand je voyage dans différents parties du monde, je m'efforce de trouver les graffiti sur les murs des endroits que je visite. D'autres prennent des photos de palmiers, de plages ou de montagnes panoramiques. J'ai du plaisir à développer ma compréhension d'une communauté particulière en lisant ses graffiti. En effet, les graffiti ont souvent une apparence similaire dans la plupart des villes et des îles que j'ai visitées autour du monde, dans des langues différentes, bien sûr.

Les jeunes sont responsables de la création de la plupart des graffiti que nous pouvons voir aujourd'hui. A Los Angeles, les autorités déplorent que les graffiti coûtent plus de 30 millions de dollars américains chaque année en dommage à la propriété publique et privée. Elles ont réussi à définir le graffiti comme un crime punissable par des amendes, de l'emprisonnement, ou les deux. Mais les artistes de graffiti continuent de s'exprimer en ornant les murs de la ville de leurs chefs-d'oeuvres.

En quête d'une solution au défi du graffiti, certains leaders publics ont décidé de commander des peintures murales pour les murs de plusieurs villes du le monde. Ces formes d'art plus organisées deviennent l'expression officielle de la communauté et créent une certaine atmosphère dans la ville.

L'idée d'écrire sur les murs n'est pas nouvelle, cependant. Don Diego de Vargas, qui faisait partie de l'armée espagnole, arriva il y a plus de 400 ans dans l'Etat du Nouveau-Mexique, aux U. S. A., avec huit moines franciscains. Après y avoir planté le drapeau espagnol et déclaré la région « Nouvelle Espagne », Don Diego et ses hommes allèrent visiter un grand rocher des environs et y inscrivirent leurs noms, où on peut toujours les lire. Ce rocher est maintenant connu sous le nom de « rocher des inscriptions » et des centaines de touristes le visitent chaque année. Ces graffiti sont devenus précieux !

On n'a pas besoin de chercher longtemps pour découvrir que les civilisations humaines ont utilisé durant tout le cours de l'histoire certains types de graffiti comme documents officiels commémoratifs de leurs accomplissements. Les Babyloniens, les Egyptiens et les Romains préservèrent avec beaucoup de soin les récits de leurs batailles, souverains, transactions et autres faits considérés importants pour établir leur réputation. Leurs murs, colonnes et peintures sont préservés aujourd'hui comme des reliques sans prix qui nous aident à comprendre des périodes importantes de l'histoire humaine. Dans certains endroits, c'est un crime punissable de la peine de mort que de détruire les quelques exemples qui nous restent de cette ancienne forme d'art.

Le nombre de gens qui ont pris part à la formation de graffiti est plus élevé qu'on ne se l'imagine. La Bible donne plusieurs exemples où Dieu lui-même écrit dans le but de communiquer avec le public. Dans le livre de Daniel, nous lisons l'histoire d'un festin dément (Dan. 5 : 25-28). Le roi Belschatsar y défie Dieu tout en buvant des boissons fortes dans les gobelets d'argent pris au temple de Salomon pendant la destruction de Jérusalem. Soudain, on voit une main qui écrit sur le mur. Le prophète Daniel est appelé et doit déchiffrer l'écriture pour le roi. Dieu allait faire fondre une destruction soudaine sur le royaume de Belschatsar. Cet écrit était une communication concernant ce qui allait survenir comme résultat des actions du roi. Cette même nuit, Babylone tomba aux mains des Mèdes et des Perses.

Quelques centaines d'années auparavant, Dieu avait écrit sur de la pierre et donné ces tables à Moïse. Il y avait inscrit une puissante définition de l'amour. Les quatres premiers commandements parlent de l'amour que l'on porte à Dieu, alors que dans les six derniers il est question de l'amour envers autrui. Dieu écrivit ces commandements sur la pierre, un symbole de notre relation solide et éternelle avec lui. Il les écrivit de son propre doigt, pour que nul ne doute de leur origine.

Une autre fois, en contraste avec le caractère ferme de la pierre qu'il est difficile de déplacer, Jésus écrivit sur le sable pour répondre à des scribes et des pharisiens qui lui demandaient de juger une femme devant le peuple de Jérusalem (Jean 8 : 1-12). Jésus aurait pu écrire sur les murs devant tout le peuple et totalement discréditer les chefs d'Israël. Mais à la place, il écrivit en privé sur le sable de façon à ce que seulement ceux qui étaient concernés par son message puissent lire et voir leur propre besoin de Dieu. Jésus put effacer facilement tout ce qu'il avait écrit sur le sable ce jour-là pour ceux qu'il avait réussi à toucher de cette façon.

Je crois que Dieu aime écrire, parce que nous avons des indications claires, d'après les expériences mentionnées, que ce qu'il écrit a toujours été de grande importance pour la vie humaine. Mais il y a encore un écrit que Dieu veut écrire. Dans l'épître aux Hébreux (8 : 10), l'apôtre cite une ancienne déclaration faite par Dieu : « Mais voici l'alliance que je ferai avec la maison d'Israël, après ces jours-là, dit le Seigneur : Je mettrai mes lois dans leur esprit, je les écrirai dans leur coeur ; et je serai leur Dieu, et ils seront mon peuple. »

Dieu veut inscrire dans la profondeur de notre vie l'expression ultime de son amour. Sa loi n'est pas simplement une liste de devoirs. Alors que nous nous développons dans la joie d'aimer Dieu et nos semblables, nous découvrons que c'est le chemin de la vie. Quel fantastique graffiti ! o

José Vicente Rojas est le nouveau directeur des ministères de la jeunesse et le représentant de Dialogue pour la Division nord-américaine.

La leçon

Puis Jésus prit ses disciples avec lui sur la montagne et les rassemblant autour de lui, il les enseigna en disant :

« Heureux ceux qui savent qúils sont pauvres spirituellement ; le royaume des cieux leur appartient !

« Heureux ceux qui sont dans la tristesse : Dieu les consolera !

« Heureux ceux qui sont doux ; ils recevront ce que Dieu a promis !

« Heureux ceux dont le plus grand désir est d’agir comme Dieu le demande ; Dieu les satisfera pleinement !

« Heureux ceux qui ont pitié des autres ; Dieu aura pitié d’eux !

« Heureux ceux qui sont purs dans leur cœur ; ils verront Dieu !

« Heureux ceux qui travaillent à la paix entre les hommes ; Dieu les appellera ses fils !

« Heureux ceux qui sont persécutés parce qúils agissent comme Dieu le demande ; le royaume des cieux leur appartient ! »

Simon Pierre dit alors : « Est-ce qúon doit l’écrire ? »

Et André dit : « Est-ce qúon doit l’apprendre ? »

Et Thomas dit : « Est-ce que cela va faire partie de l’examen ? »

Et Philippe dit : « Et si on ne s’en souviens pas ? »

Et Barthélemy dit : « Est-ce qúon doit écrire quelque chose là-dessus et le rendre demain ? »

Et Jean déclara que seuls lui-même et son frère Jacques devaient l’apprendre.

Et Matthieu dit : « C’est quand la cloche ? »

Et Judas dit : « Qúest-ce que cela a à voir avec la réalité ? »

L’un des pharisiens présents demanda à voir les notes de Jésus. Puis les docteurs de la loi cherchèrent à savoir ses ultimes objectifs dans les domaines cognitif et affectif.

Et Jésus pleura...

Morceau choisi