David Pendleton : Un adventiste à la Chambre des députés à Hawaii

A trente et un ans, le député David Pendleton est connu pour avoir de l’ave nir dans le milieu politique hawaïen. Adventiste du septième jour depuis son enfance, il réussit à faire son entrée en politique en 1996 comme candidat pour la Chambre des représentants de son Etat. Peu après son élection, ses collègues républicains ont réalisé que son leadership était réglé par des principes et l’ont donc nommé comme leur chef de file à la Chambre des députés. C’est ainsi qu’il est devenu en 1997 le plus jeune parlementaire à ce poste. Le député, Pendleton, chrétien convaincu, a été aussi professeur et pasteur de jeunesse ainsi que doyen des étudiants à La Sierra University avant de retourner à Hawaii pour exercer le droit et se présenter comme candidat.

Sa femme, Noemi Pendleton, est aussi une élue et travaille au Conseil de l’éducation de l’Etat à Hawaii. Ils ont deux enfants, Roland et Raquelle, et sont membres actifs de l’église adventiste du septième jour de Manoa, Honolulu.

Pourquoi êtes-vous devenu avocat et par la suite député ?

Il n’y a pas eu d’événement spécial ou d’expérience particulière qui m’ont fait choisir cette voie. En revanche, au cours de ma vie, des situations, des personnes et des expériences m’ont petit à petit aidé à prendre cette direction. Mon engagement pour les travaux d’intérêt général remonte au temps de l’école maternelle lorsque je surveillais la traite des vaches ! J’ai passé de nombreuses heures comme bénévole dans des centres pour les sans- abri, soupes populaires et un hôpital adventiste à Hawaii. Plus tard, j’ai été volontaire pour plusieurs campagnes politiques, une pour le sénat, l’autre pour la réélection du président Bush. Toutes ces expériences m’ont mené là où j’en suis aujourd’hui.

Après avoir décidé de vous lancer dans la politique, avez-vous été confronté à des obstacles majeurs ?

Oui, quelques-uns. Après plusieurs années sur le continent pendant, je suis retourné à Hawaii en 1995. Pour la campagne électorale de 1996, j’ai dû me rendre au tribunal pour prouver mon éligibilité. Il y avait aussi des défis financiers. Le père du député en exercice était un collecteur de fonds expérimenté, il était donc en mesure de réunir plus de fonds que moi. C’est pour cette raison qu’au lieu d’engager un consultant professionnel très coûteux, j’ai mené une campagne de base. Beaucoup de volontaires nous ont aidés à rassembler l’argent dont nous avions besoin pour faire de la publicité. Nous pouvions atteindre les électeurs et les électrices par courrier, radio et réclames dans les journaux.

En tant que député, quel est le point sur lequel vous vous concentrez le plus, en ce qui concerne votre service pour la communauté ?

Mon travail le plus important est de faire en sorte que les bonnes lois soient acceptées et les mauvaises rejetées. Nous avons la responsabilité et le devoir de prendre des décisions qui aideront Hawaii à devenir un endroit où il fait bon vivre, travailler et servir. Au fond, mon objectif comprend cinq points : la lutte contre la criminalité, la réduction des impôts, l’élimination du gaspillage gouvernemental, la protection de l’environnement et le soutien de l’éducation.

Dans ma circonscription électorale, j’insiste pour que nos écoles soient un environnement sans danger. Je m’assure aussi que les services gouvernementaux soient mis au point d’une manière efficace : réparer les nids de poules, s’assurer que les feux de signalisation fonctionnent et repeindre les passages cloutés. Ce ne sont pas des travaux prestigieux, mais ils sont quand même très importants pour les citoyens.

Beaucoup d’adventistes sont d’avis que ceux qui attendent le retour du Christ ne devraient pas passer leur temps dans la politique. Qu’en pensez-vous ?

Jésus nous a commandé de nous « occuper » jusqu’à son retour. En tant que chrétiens, nous ne devons pas vivre passivement, mais plutôt participer activement. Comme il est écrit dans le livre de Michée, nous devons faire le bien, aimer la miséricorde et marcher humblement avec Dieu. Le service public nous donne l’opportunité d’exercer de tels services dans notre communauté. D’un trait de plume, nous avons la possibilité d’aider à mettre sur pied un centre d’accueil pour les victimes de violence familiale, renforcer les condamnations des auteurs de sévices sexuels sur des enfants, nourrir les sans-abri et améliorer l’économie. C’est un moyen important pour pouvoir servir notre prochain.

De quelle façon encourageriez-vous d’autres chrétiens à s’engager ?

Les chrétiens devraient être impliqués dans les services publics à tous les niveaux, que ce soit au sein de l’Eglise, à l’école, dans la communauté ou au gouvernement. Montrez que vous êtes intéressé(e), que ce soit en ramassant les ordures ou en travaillant comme volontaire dans une bibliothèque locale. Chaque citoyen(ne) devrait être impliqué(e) dans les affaires publiques. Cette tâche est trop grande et trop importante pour laisser les politiciens seuls.

La façon dont nous devrions être gouvernés en tant que société concerne tout le monde, pas seulement une élite.

J’aimerai encourager tous ceux qui seraient tentés de se présenter comme candidat. Si votre travail pour le conseil d’administration du quartier ou votre engagement dans les affaires publiques est efficace et agréable pour vous, vous devez considérer la possibilité de vous présenter comme candidat. Nous avons plus besoin de citoyens compétents que de politiciens professionnels, nous avons besoin de personnes qui travaillent dur et qui se soucient des écoles, du voisinage et de l’environnement. Les fonctions officielles ne sont pas pour les personnes qui savent bien s’exprimer, mais plutôt pour celles qui sont passionnées de faire le bien. Il ne s’agit pas de celui qui peut recueillir le plus d’argent; il s’agit plutôt de celui qui a à cœur de servir les autres.

Nous sommes souvent encouragés à écrire aux députés au sujet des problèmes qui nous concernent. Est-ce qu’ils prennent le temps de lire ces lettres ? Jusqu’à quel point ce procédé est-il efficace ?

Je lis chaque courrier reçu à mon bureau et réponds directement. Si les personnes qui m’écrivent font allusion à leur expertise dans un domaine ou un autre, je leur pose souvent quelques questions, puisque, pour moi, il est très important d’avoir le plus possible d’informations, afin de prendre les bonnes décisions.

J’aimerais vous encourager à continuer d’envoyer des E-mail, fax ou lettres à vos députés sur des problèmes précis. Donnez-leur raisons de les votre intérêt et pourquoi il est nécessaire qu’ils vous répondent. Dites-leur si vous êtes un électeur inscrit. Si vous avez de l’expérience ou une formation dans le domaine qui vous intéresse, mentionnez-le. Dites-leur que vous êtes intéressé, que vous êtes engagé, que vous êtes une personne sensée qui peut les aider dans leur travail.

Quelle est la personne qui vous a le plus influencé ?

Sans aucun doute, mes parents. Leur vie exemplaire et leur style de vie chrétienne m’ont beaucoup marqué. Ils étaient toujours engagés dans l’Eglise, travaillaient dans les centres pour les sans-abri, s’occupaient des Tisons et enseignaient à l’école du sabbat. Plus tard, il y a eu mes professeurs à La Sierra University. Rennie Schoepflin, professeur d’histoire, ainsi que Richard Rice, professeur de théologie, m’ont vraiment beaucoup influencé en ce qui concerne mes réflexions et mes pensées. Ils m’ont appris à examiner un point de vue en détail et à développer des arguments en raisonnant attentivement. Ils ont souligné qu’il est important de peser le pour et le contre avant de tirer une conclusion. L’histoire nous apprend que nous avons toujours eu le même problème de base, comme la criminalité, la violence ou la pauvreté. Ce problème, nous l’avons depuis le début de l’humanité, en remontant même jusqu’à Caïn. Cette perspective a été extrêmement utile pour moi.

Comment garder un équilibre entre vos responsabilités et votre vie personnelle ?

Il est plus facile de prêcher les valeurs familiales que de les maintenir dans sa vie. Je me suis engagé dans la politique parce que je voulais construire un meilleur Hawaii pour mes enfants. Malheureusement, je réalise que les activités continuelles, les réunions de commission, les audiences, les assemblées, m’éloignent de ma famille plus que je ne le souhaiterais.

Il est très important d’avoir une vie de famille saine, c’est pour cette raison que nous essayons d’avoir au moins un repas par jour ensemble. Chaque fois que j’en ai l’occasion, je passe voir mon fils à l’école pour déjeuner avec lui. Le soir, nous avons toujours un moment ensemble pour faire les devoirs. Pendant les week-ends nous passons beaucoup de temps ensemble. Etant adventiste du septième jour, j’ai la meilleure excuse pour ne pas travailler durant une journée dans la semaine. Du vendredi soir au samedi soir, je suis avec ma famille et tout le monde le sait. Les présidents d’un comité savent que je ne serai pas présent le samedi, je ne me sens donc en aucun cas obligé. Cela m’aide à garder l’équilibre.

Malgré toutes ces activités, je trouve toujours le temps pour le culte en famille, le soir. Il est important pour nos enfants d’entendre les histoires de la Bible, pas seulement par ceux qui enseignent à l’école du sabbat, mais aussi par nous, les parents. Ils ont besoin de voir par nos actes combien Dieu est important pour nous. Étudier la leçon de l’école du sabbat conduit les enfants à s’intéresser aux questions spirituelles, et à tirer du plaisir de la Bible. Quand je repense à mon enfance, les moments de culte passés en famille sont les plus mémorables, et j’espère pouvoir le transmettre à mes enfants.

Quels sont vos objectifs pour l’avenir ?

Certains demandent s’il est possible d’avoir du succès en politique pour un indépendant qui essaie toujours de faire des réformes dans le système. Je suppose que pour eux, avoir du succès c’est pouvoir devenir sénateur ou gouverneur, mais j’ai une réponse toute simple : je ferai de mon mieux pour obtenir autant de succès que Dieu veut me donner, et sûrement pas moins. Je suis satisfait aussi longtemps que je suis là où Dieu me veut. Je ferai de mon mieux, séance après séance, élection après élection, et le reste je le remets entre les mains de Dieu. C’est une façon extrêmement sereine d’aborder le sujet, puisque cela donne un sentiment de liberté, sachant que Dieu travaille dans nos vies. Je suppose que Joseph avait des doutes quand, ayant agi honnêtement chez Potiphar, il fut néanmoins jeté en prison. Daniel a fait une expérience semblable. Nous ons constat dans ces histoires que Dieu est toujours là. Je ne sais pas si quelqu’un parviendra jusqu’au niveau de l’Etat ou national en étant le législateur que j’essaie d’être. L’histoire nous le dira.

Propos recueillis par Michael Peabody. Michael Peabody est étudiant en droit à Pepperdine University, Malibu, en Californie. Son adresse : Pepperdine University; 24255 Pacific Coast Highway #41; Malibu, California 90263-0041; U.S.A. E-mail : mike@i-empire.com L’adresse du représentant David Pendleton : Office of Minority Whip; State Capitol, Room 327; Honolulu, Hawaii 96813; U.S.A. E-mail : reppendleton@capitol.hawaii.gov