Kay Kuzma : Dialogue avec une adventiste passionnée par les valeurs familiales

Regardez-la enseigner à la télévision par satellite. Suivez l’un de ses séminaires. Parlez avec certains de ses étudiants. Lisez un des nombreux articles qu’elle a écrits. Vous verrez tout de suite que Kay Kuzma est une ardente avocate du bonheur et des valeurs familiales. Mariée à un biostatisticien et mère de trois enfants adultes, Dr Kuzma (aussi connue sous le nom de Dr Kay) est une éducatrice respectée, un écrivain et une conférencière. Tout ce qu’elle fait révèle un intérêt particulier pour les familles avec de jeunes enfants — et leur survie à une époque et dans une culture qui semble éroder de plus en plus le concept de vie familiale et du temps passé ensemble, si important il y a quelques années encore.

Dr Kuzma a fait ses études à La Sierra University ; elle a obtenu une maîtrise en développement de l’enfance à Michigan State University, et a passé son doctorat en éducation et premières années de l’enfance à l’University of California, Los Angeles. Elle est la fondatrice et le porte-parole de Family Matters, une organisation chrétienne à but non lucratif, établie en 1982 pour promouvoir des relations familiales saines. Elle a publié plus de 35 livres, écrit des centaines d’articles, est apparue dans de nombreux programmes télévisés, a parlé à beaucoup de retraites pour femmes, a animé des séminaires sur le mariage et l’éducation des enfants. Elle présente un programme quotidien à la radio, « Vous avez une minute pour votre famille ? » couramment diffusé sur plus de 800 stations.

La carrière d’écrivain de Dr Kuzma a débuté à l’occasion d’une résolution de nouvel an entre mari et femme. Son mari, Jan, a suggéré qu’ils écrivent chacun un article durant l’année. « Il en a écrit deux, se souvient Kuzma en souriant, et ils ont été publiés. J’en ai écrit un, et il a été refusé. » Après ce rejet, elle ajoute qu’elle ne pensait jamais se remettre à écrire. Mais quelques années plus tard, elle a lu un article qui encourageait la fessée comme moyen de discipliner les enfants. « J’étais furieuse ! J’étais si fâchée que j’ai crié à mon mari : “Comment peut-on écrire des choses pareilles ?” Il a répondu : “Si cela te tracasse à ce point, au lieu de crier, écris au journal.” » Quand Dr Kuzma a vu son article imprimé, elle dit que quelque chose s’est passé en elle. C’était comme si Dieu lui confiait la tâche d’écrire. Elle considère son succès comme un appel et un don de Dieu et croit qu’il a ouvert la porte pour qu’elle partage un important message avec le monde. En conséquence, des milliers de personnes ont été bénies par ses publications.

L’Association des Femmes Adventistes a récemment reconnu le travail de Dr Kuzma en lui attribuant le prix de la Femme de l’Année 1998, pour son travail en faveur de la vie familiale.

A votre avis, quel est le plus grand problème qui se pose aux familles actuelles ?

Le caractère de nos enfants. Si nous éduquons nos enfants convenablement dès leur plus jeune âge et les traitons de façon qu’ils voient en Dieu un père aimant, beaucoup de problèmes s’atténueront. Le développement du caractère est une tâche importante parce qu’il recouvre pratiquement tout — le comportement, les pensées, les attitudes, les désirs et les émotions. J’a essayé de préparer un programme qui suive les enfants depuis la naissance jusqu’à l’école secondaire — et les prépare pour le mariage et l’éducation de la prochaine génération.

La plupart des parents ne prennent des classes sur l’éducation des enfants que lorsqu’ils ont des problèmes. Quand leur enfant de deux ans leur dit : « Non ! » en tapant du pied, ils commencent à réfléchir et se demandent : « Comment est-ce que je vais arriver à lui faire dire oui ? Ma suggestion est qu’avant qu’un enfant ne soit consacré, les parents devraient prendre un petit cours sur le développement du caractère. Ils devraient apprendre comment un enfant se développe et ce qu’ils doivent attendre à différentes étapes. C’est pourquoi j’ai développé un matériel sur la consécration de l’enfant et contribué aux séries « The Ladder of Life« (publiées par la Review & Herald).

Comment peut-on avoir un mariage à la fois durable et épanouissant ?

Il est nécessaire de commencer par le commencement. Dès avant le mariage, il est très important de prendre des décicions appropriées. Il est facile de « tomber amoureux » de quelqu’un, quand on s’investit suffisamment dans une relation. Mais souvent les personnes dont on tombe amoureux ne sont pas forcément des personnes avec qui il serait aisé de vivre.

Dans un mariage, s’engager est absolument vital. Si les deux conjoints se donnent entièrement l’un à l’autre et font de leur mariage une priorité, ils pourront, avec l’aide de Dieu, faire face à toutes les difficultés. Ils pourront passer au travers de la maladie, des problèmes financiers et d’autres moments critiques, sans faire naufrage. L’amour pourra être ranimé, s’il y a engagement des deux conjoints.

Envisagez la relation du mariage comme une série de transactions « bancaires ». Vous déposez une certaine somme dans le compte de votre conjoint et vous faites aussi des retraits. Si vous faites trop de retraits à cause de vos critiques et de vos ressentiments, ou parce que vous ne passez pas assez de temps ensemble, vous allez vite découvrir que votre compte sera mal approvisionné et pratiquement vide. Et si vous investissez trop dans la vie de quelqu’un qui n’est pas votre conjoint, ou si cette personne investit chez vous, le compte de cette personne va prospérer dans votre cœur et vous allez bientôt tomber amoureux. C’est ainsi que les aventures extra-conjugales commencent. Aussi le but est de constamment approvisionner le compte de votre conjoint pour qu’il soit toujours bien fourni. Méfiez-vous des retraits.

De nombreux étudiants doivent mener de front un mariage, des enfants, des études et un travail à temps partiel. Que peuvent-ils faire pour se faciliter un peu la vie ?

Il est très difficile d’élever une famille et de poursuivre des études. J’encourage les jeunes à faire la plupart de leurs études avant d’avoir des enfants, parce que généralement plus ils ont fait des études plus il leur est facile d’avoir un travail avec un emploi du temps assez souple, qui leur permettra d’être avec leur famille quand c’est nécessaire.

Quand vous tentez de faire des études et que vous avez une femme et des enfants, c’est une situation qui requiert beaucoup de temps et quelque chose en général souffre. Trop souvent, ce sont les enfants qui font les frais de la situation — ils passent des heures en garderie et ne voient leurs parents que lorsque ces derniers rentrent à la maison, épuisés. Ils grandissent souvent sans l’attention parentale dont ils ont besoin pour se sentir vraiment aimés.

Quand les familles d’étudiants commencent à sentir le stress du surmenage et que leurs enfants en souffrent, il est nécessaire qu’ils réévaluent leurs objectifs éducatifs et professionnels et fassent des plans qui tiennent compte de leur situation familiale. Cela peut signifier des sacrifices financiers, mais si vous répondez aux besoins affectifs de votre conjoint et de vos enfants, alors tout le reste se mettra en place, en temps voulu. Vous aurez l’occasion plus tard de continuer vos études et d’obtenir le travail que vous désirez.

Ne tentez pas de tout faire si c’est aux dépens de votre famille.

Et n’essayez pas de tout faire tout seul. Ayez l’humilité de demander l’aide dont vous avez besoin à votre famille spirituelle, l’église, ou à vos amis, pour éviter des souffrances à vos enfants. Si vous êtes épuisé, « au bout du rouleau », vous allez sans doute exprimer vos frustrations aux personnes avec qui vous vivez. Un bon groupe de soutien peut vous aider dans une telle situation. Aussi, les parents dont les enfants sont adultes, sont de merveilleuses ressources. Souvent, ils seraient ravis de s’occuper d’un bébé tandis que la mère suit un cours du soir une ou deux fois par semaine. Les gens sont souvent disposés à aider quand ils savent qu’on a besoin d’eux.

Ceux qui passent par des moments difficiles hésitent souvent à aller voir un conseiller ou psychothérapeute pour demander de l’aide. Comment les encouragez-vous à rechercher l’aide nécessaire ?

Je leur conseille de considérer les séances de psychothérapie comme faisant partie d’un programme de formation continue — comme un cours du soir dans une université. Vous pouvez aller dans une grande classe pour recevoir des conseils généraux ou voir un conseiller pour recevoir en privé de l’aide qui vous permettra d’apprendre beaucoup plus vite et de trouver plus rapidement la solution à vos problèmes.

Des programmes en petits groupes peuvent aider les gens à apprendre pourquoi ils agissent comme ils le font. Les docteurs Ron et Nancy Rockey, membres de Faith of Today, une organisation qui s’occupe de la santé familiale, croient que la majorité de ceux qui ont des problèmes psychologiques peuvent, avec l’aide de Dieu, traiter ces situations s’ils ont les informations correctes. Les docteurs Rockey sont les auteurs d’une excellente série de cassettes vidéo et de manuels qui peuvent aider les étudiants à mieux se connaître. (Entrez en contact avec Faith of Today, ou Family Matters.)

Les connaissances que le Seigneur a mises à notre disposition pour rétablir des relations brisées, sont impressionnantes. Nous qui croyons qu’il vient bientôt devrions savoir que Dieu désire voir le cœur des parents tourné vers leurs enfants et le cœur des enfants vers leurs parents. Et je crois que le Seigneur nous aide à rassembler toutes ces informations pour que les familles puissent trouver la solution de leurs problèmes et se préparer pour son retour.

Que diriez-vous à des étudiants qui doivent prendre des décisions importantes dans leur vie ?

Quand je fais un retour en arrière, je me rends compte que dans ma vie les échecs ont toujours été des tremplins vers le succès. Je pense vraiment que la réussite n’est pas l’effet du hasard. Dans ma vie, un réseau de membres de la famille et d’amis attentionnés ont pris le temps de m’encourager et de m’aider à parvenir bien au-delà de ce que je pensais jamais pouvoir réaliser.

Dieu m’a donné cette vocation. Ce n’était pas mon plan, mais Dieu a ouvert les portes. Qand nous avons la possibilité de faire des études, c’est un don offert par ceux qui nous encouragent et c’est aussi un don de Dieu. Et parce que c’est un don, nous avons la responsabilité de faire quelque chose pour les autres. « Vous avez reçu gratuitement, donnez gratuitement. » (Matthieu 10.18)

Interview de Michael Peabody. Michael Peabody est étudiant en droit à Pepperdine University à Malibu, en Californie. Son e-mail : micke@-empire.com. L’adresse du Dr Kuzma est : Family Matters ; 990 Red Hill Valley Road, SE : Cleveland, Tennessee 37323, U.S.A. E-mail : 74532 333@compuserve.com