La fenêtre 10 x 40 : De nouvelles perspectives d’évangélisation

Les fenêtres m’ont toujours intrigué. Des fenêtres à rideaux brodés. Des fenêtres sur terrasses pleines deplantes fleuries. Des fenêtres avec des volets protégeant bien des orages. Des fenêtres à barre pour protéger des dangers. Des fenêtres vitraux révélant la beauté ou un message.

Les fenêtres. Parfois elles sont ouvertes, accueillantes. Parfois elles sont fermées nous laissant à l’extérieur.

Mais considérez une autre fenêtre, spéciale, derrière laquelle vivent des millions de gens dispersés dans des milliers de « maisons », dans des dizaines de pays. Ces gens sont comme nous, avec des maisons et des familles, des joies et des peines. Des gens comme nous qui ont besoin du Seigneur. Mais lorsqu’ils regardent par leurs fenêtres, ils ne peuvent pas voir le Seigneur ; ils ne connaissent pas la joie du salut. Et nous devons nous poser la question : que pouvons-nous faire pour les aider ?

Vers le début des années quatre-vingts, des stratèges de missions et des planificateurs de différentes Eglises du monde entier commencèrent à étudier sérieusement la tâche qui se présentait à eux. Depuis 2000 ans environ et le mandat « Allez dans le monde entier », qu’est-ce que l’Eglise a accompli ? Que lui reste-t-il à faire ? Sur quoi l’Eglise doit-elle concentrer ses efforts pour accomplir l’ordre du Christ : « allez dans le monde entier » et prêchez l’Evangile à « toute nation, tribu, langue, et peuple » (Marc 16.15 ; Apocalypse 14.6) ?

Où en sont les chrétiens ?

Alors que les dirigeants des missions étudiaient attentivement les problèmes impliqués pour répondre à l’ordre du Maître, plusieurs faits, bons et mauvais, devinrent évidents. D’abord les bons :

  1. La mission chrétienne a été couronée de succès dans une grande partie du monde. Le résultat est que l’Eglise d’aujourd’hui n’est plus une Eglise occidentale, mais elle est la force religieuse la plus forte en Amérique centrale, en Amérique du Sud, dans de nombreuses îles du Pacifique, et en Afrique subsaharienne. L’effectif actif dans ces pays dépasse largement celui des pays « parents ».
  2. L’Eglise dans ces anciens « champs de mission » a maintenant une importante force de travail indigène, capable de porter les principaux fardeaux de l’évangélisation, du témoignage et du pastorat.
  3. Les Eglises dans ces parties du monde sont devenues de sérieuses entités envoyant des missionnaires – entendant et répondant à l’ordre de Jésus « Allez... ». L’objectif d’avoir des missionnaires « de partout allant partout » est devenu une réalité.

Maintenant les faits négatifs :

  1. Plus de deux milliards de gens – c’est-à-dire 40% de la population mondiale – n’ont jamais entendu l’Evangile d’une façon immédiate et actualisée.
  2. La plupart de ces gens font partie de groupes de population dans lesquels il n’y a pas du tout de présence chrétienne. Il n’y a personne qui parle leur langue et/ou comprend leur culture et/ou vit près d’eux pour partager avec eux la bonne nouvelle. Ils sont ce que les missiologues nomment aujourd’hui « les groupes non atteints », qui n’entendront jamais l’Evangile à moins que des personnes ne traversent les barrières de culture et de langue qui les entourent.
  3. Chaque pays du monde possède de tels groupes. Cependant la majorité de ces groupes est située dans une partie du globe. On réfère à cette spécifique portion du globe comme ayant un besoin, une fenêtre de perspectives, et en même temps, une fenêtre presque fermée. C’est ce qu’on appelle « la fenêtre 10 x 40. »

Qu’est-ce que la fenêtre 10 x 40 ?

La fenêtre 10 x 40 est une section de la terre s’étendant de l’Afrique du Nord vers le Moyen-Orient, l’Asie centrale et l’Extrême-Orient, entre le dixième et le quarantième parallèle nord (voir la carte page 16). Cette section a différentes caractéristiques que les chrétiens doivent considérer :

C’est là où la majorité de la population mondiale vit. Bien que cette partie ne représente qu’un tiers de la terre habitable, c’est là que se trouve près du deux tiers de la population mondiale. Les deux pays les plus peuplés s’y trouvent : l’Inde et la Chine qui, à eux deux, représentent la moitié de la population du monde.

C’est là où se trouvent ceux qui ont besoin du Seigneur ! Plus de 90% des peuples les moins évangélisés vivent dans la fenêtre 10 x 40.

C’est là que vivent les peuples les plus réceptifs à la spiritualité. La fenêtre 10 x 40 est le lieu de naissance de toutes les religions principales du monde : le judaïsme, l’hindouisme, le bouddhisme, le christianisme, l’islam. A part le christianisme, toutes les autres religions sont puissamment représentées dans cette partie du monde, aujourd’hui1.

C’est là où se trouvent les gens qui souffrent ! La majorité des gens les plus pauvres du monde vit dans cette région. Plus de 80% de la population ayant la qualité de vie2 la plus basse vit dans cette partie du monde.

En dépit de ces faits, il est incroyable que la chrétienté dépense moins de 10% de ses fonds missionnaires et de ses efforts missionnaires pour cette partie de la terre.

Les adventistes et la fenêtre 10 x 40

L’Eglise adventiste a toujours reconnu la nécessité d’aller « dans le monde entier ». Depuis le milieu des années quatre-vingts, cependant, elle a mis l’accent sur les régions et les peuples du monde non encore atteints, les ciblant diligemment par le travail missionnaire.

Plusieurs organisations ont été à l’avant-garde de ce mouvement. Le Secours adventiste (ADRA), avec ses projets de développement et de secours, va régulièrement dans les parties du monde qui n’accepteraient pas d’autres formes d’effort missionnaire. L’Université de Loma Linda et ses équipes médicales et chirurgicales spécialisées ont apporté leurs moyens et leurs soins dans des endroits non atteints. « Adventist Frontier Mission » a centré ses efforts dans des régions précédemment non pénétrées.

De plus, depuis 1990, le bureau de Mission globale de la Conférence générale a été à la tête des efforts pour atteindre, non seulement les pays du monde, mais également les groupes de population non atteints à l’intérieur de ces pays. Plusieurs d’entre eux sont à l’intérieur de la fenêtre 10 x 40. En 1998, participant à Mission globale, 20000 pionniers volontaires sont allés dans des régions non pénétrées de leur propre pays pour y faire un travail de pionnier et d’évangélisation, se concentrant sur un groupe non atteint pendant un ou deux ans.

Que pouvons-nous faire ?

En tant que chrétiens consacrés du XXIe siècle, que pouvons-nous faire face aux défis et aux besoins que la fenêtre 10 x 40 nous présente ? Manifestement, nous ne voulons pas tourner le dos à ceux qui souffrent, aux pauvres, à ceux qui n’ont pas la joie du salut. Voici plusieurs choses que nous pouvons faire.

1. Prendre le problème de façon sérieuse. Atteindre ceux qui ne le sont pas est une affaire sérieuse, urgente. C’est ce que dit Jésus. Dans la parabole du bon berger, avec 99 brebis à l’abri, le berger risqua les dangers de la nuit pour chercher celle qui était perdue. Il risqua tout pour juste un pour cent. Pouvons-nous faire moins alors que plus de 50% des brebis du Christ ne le connaissent même pas ?

2. Prier pour cette partie du monde. Rejoignez les millions de chrétiens autour du monde en prière d’intercession pour les gens de la fenêtre 10 x 40. Ils ont besoin d’expérimenter la joie du salut que nous connaissons. Présentez-les devant le trône de Dieu chaque jour. L’Eglise chrétienne primitive comprenait des gens qui priaient chaque jour avec ferveur pour demander force et sagesse. Tout au long de l’histoire, les progrès des missions ont toujours été associés à la prière de consécration. Hudson Taylor, le célèbre missionnaire, a dit : « si vous voulez pénétrer la province de Honan (dans le Sud de la Chine) vous devez avancer sur vos genoux. » Pouvons-nous faire moins ?

3. Impliquez-vous. Notre implication au niveau personnel est essentielle pour atteindre ces personnes avec la bonne nouvelle. Nos talents et nos ressources doivent être consacrés à Dieu. Nous devons augmenter nos efforts pour pourvoir aux besoins physique, matériel, et spirituel des gens vivant dans cette partie du monde. Un travail de secours humanitaire et éducatif fait vraiment la différence.

4. Cherchez des moyens créatifs pour partager la « joie du salut. »

L’une des meilleures façons est d’aller comme « faiseur de tentes ». L’apôtre Paul pénétra des communautés non atteintes en tant que travailleur. Il gagnait sa vie en faisant des tentes mais consacrait une grande partie de son énergie à apporter la bonne nouvelle aux gens qui ne l’avaient jamais entendue. Les « Paul » d’aujourd’hui ont de la joie et du succès en poursuivant leur carrière dans des pays de la fenêtre 10 x 40. Spécialistes en informatique, ingénieurs, praticiens de la santé, hommes d’affaires, entrepreneurs, éducateurs, et autres professionnels marchent sur les traces de Paul, travaillant à l’avancement du royaume de Dieu, non en tant que missionnaires officiels de l’Eglise, mais comme faiseurs de tentes modernes.

Des étudiants chrétiens peuvent continuer leurs études (surtout les hautes études) dans des universités situées dans la fenêtre 10 x 40. Là, ils peuvent établir des contacts profonds avec la future élite intellectuelle, tout en acquérant une formation valable3.

Mais avant d’aller dans la fenêtre 10 x 40, ils doivent être bien informés sur au moins une des religions principales du monde, et sur les cultures qui l’entourent. Ceux qui pénètrent cette partie du monde doivent manifestement devenir extrêmement sensibles aux coutumes, cultures, croyances religieuses et convictions des peuples de cet endroit. Ils peuvent, seulement alors, présenter la bonne nouvelle que les chrétiens chérissent d’une façon intelligible pour leurs auditeurs – répondant à leurs questions sur la vie, aux questions qui leur tiennent à cœur d’une façon compréhensible et appropriée à leur culture.

Quelle que soit la méthode d’approche utilisée, nous devons devenir un avec les gens comme Jésus le fit, vivant parmi eux, apprenant leur langue, partageant le maximum possible de leur vie et de leur culture. Seulement alors aurons-nous le droit et les opportunités de commencer à partager nos convictions et nos croyances.

Pratiquez l’art de la véritable amitié chrétienne. Pas une amitié avec un hameçon caché à balancer devant des non-chrétiens, pour le retirer s’ils ne répondent pas d’une certaine façon. Pas une amitié avec un agenda caché. Mais une amitié sincère qui prend les personnes et leurs vies au sérieux. Nous devons nous impliquer dans les vies quotidiennes des gens et entrer en contact avec eux comme des amis. Souvenez-vous : nous pouvons donner notre amour et notre amitié inconditionnels à des non-chrétiens où qu’ils se trouvent et le Saint-Esprit peut alors les utiliser. Nous n’avons pas besoin de créer ni même de nous soucier des résultats.

Un dernier point. On peut trouver des travailleurs ou des étudiants venant des pays de la fenêtre 10 x 40 dans presque tous les pays. Nous pouvons nous intéresser à certains d’entre eux vivant parmi nous, nous pouvons leur donner ainsi une image plus claire de ce à quoi ressemblent vraiment les chrétiens et le Dieu des chrétiens.

La fenêtre 10 x 40 est une fenêtre d’opportunités – parfois à peine ouverte et parfois complètement fermée. Des chrétiens consacrés ne peuvent fermer les yeux à ce que nous voyons au travers de la fenêtre 10 x 40. Nous voyons les besoins. Nous sentons la douleur. Ils nous font signe. Et Dieu nous demande de tendre la main à ceux qui vivent derrière cette fenêtre.

Pat Gustin est directrice de l’Institut de mission mondiale de l’Eglise adventiste du septième jour. Son adresse est : Andrews University ; Berrien Springs, Michigan 49104 ; U.S.A. E-mail : gustin@andrews.edu

Notes et références :

  1. Population de la région, par religion : musulmans, 22%, 706 millions ; hindous, 23%, 717 millions ; bouddhistes, 5%, 153 millions.
  2. La qualité de la vie est définie par l’espérance de vie, la mortalité infantile, et l’alphabétisme.
  3. Pour plus d’information sur les « faiseurs de tente » et pour étudier dans les pays situés dans la fenêtre 10 x 40, contactez Global Partnerships à l’Institut de Mission globale. E-mail : partners@andrews.edu. Site du web : www.andrews.edu/IWM/partners