Rumeurs sur l’invisible

En 1977, George Lucas captivait l'imagination de millions de personnes avec son épopée Star Wars. Ses vieux sages mystiques, ses androïdes anthropomorphes et ses effets spéciaux novateurs ont mis ce film hors concours dans la catégorie science-fiction, alors que l'épée de lumière brandie par Luke Skywalker dans ses combats mortels avec Darth Vader laissait à de nombreux spectateurs une impression durable. Ces conflits d'ordre mythique ont fasciné le public grâce à la rumeur d'une Force invisible au potentiel stupéfiant — source d'énergie diffusée dans la totalité du cosmos et néanmoins susceptible d'être mobilisée par tout un chacun pour repousser les forces du mal.

L'ensemble s'est avéré un parfait appât pour un public ayant grandi à l'aube de l'ère des techniques de pointe et du mysticisme occidental. Mais se pourrait-il que, par le truchement de leur succès high-tech, Lucas et compagnie aient pu transmettre plus de vérité qu'ils ne l'imaginaient ? C'est ce que nous allons voir.

« Prenez […] l'épée de l'Esprit, qui est la parole de Dieu. » (Éphésiens 6.17)*

Plus de 20 ans après le premier épisode de Star Wars, les astrophysiciens ont eu droit à une surprenante révélation. En 1929, Edwin Hubble a détecté le décalage vers le rouge de la lumière émise par de lointaines étoiles ; l'expansion centrifuge de l'univers a depuis le statut de fait avéré. Or les chercheurs de la fin des années 90 ont été stupéfiés par les mesures du décalage vers le rouge des supernovæ qui ont démontré que non seulement l'univers est en expansion, mais encore que celle-ci s'accélère ! Cela signifie que les galaxies et les étoiles s'éloignent les unes des autres à une vitesse sans cesse croissante. S'efforçant d'identifier la source de ce phénomène, les physiciens l'ont dénommé « énergie noire » à cause de sa nature mystérieuse et invisible.

« Aussi nous regardons, non pas à ce qui se voit, mais à ce qui ne se voit pas ; car ce qui se voit est éphémère, mais ce qui ne se voit pas est éternel. » (2 Corinthiens 4.18)

Des mesures ultérieures ont révélé que cette énergie invisible, diffuse dans tout le cosmos, représentait 70 % de tout ce que contient l'univers. Si l'on y ajoute toute la matière noire (matière invisible) de l'univers, ce qui est « noir » constitue alors 95 % du cosmos connu. L'apparition inattendue de l'énergie noire et ses implications pour l'interprétation de l'univers ont amené d'éminents physiciens, tels que Lawrence Krauss, Ed Witten et Steven Weinberg, à dire qu'il s'agissait là de la plus importante question de toute la physique. Mais pourquoi ?

« Les mondes ont été formés par une parole de Dieu, de sorte que ce qu'on voit ne provient pas de ce qui est manifeste. » (Hébreux 11.3)

Toute personne à qui l'on demande ce qui se trouve dans le sombre vide de l'espace répondra probablement : « Rien, bien sûr ! » De même, on a longtemps cru, au sein de la communauté scientifique, qu'à l'exception d'ensembles clairsemés de galaxies, d'étoiles, de planètes et de poussières et gaz interstellaires, la vaste étendue de l'espace était vide — une vacuité dépourvue de matière et d'énergie. Mais la théorie quantique et celle de la gravité (relativité générale) d'Albert Einstein ont amené les scientifiques à un début de prise de conscience du fait que l'espace n'est pas un vaste territoire vide mais — quand on y ajoute la dimension temporelle — le tissu quadridimensionnel de l'univers visible.

« Il s'enveloppe de lumière comme d'un manteau ; il déploie le ciel comme une toile. » (Psaume 104.2)

Ces notions révolutionnaires ont révélé qu'à l'échelle subatomique l'espace-temps est une structure arachnéenne, entrelacée de fils d'énergie quantique ondulant frénétiquement et dans lesquels de minuscules particules exotiques ne cessent de naître et de mourir. À grande échelle, les mouvements des galaxies et des étoiles engendrent des ondes gravitationnelles qui parcourent le tissu cosmique conformément à la formule d'Einstein sur la relativité générale. Tous ces développements ont contribué à reconfigurer la vieille notion de l'espace comme vide inerte, pour y voir un tumultueux océan d'activité. Mais de quoi sont donc faites au juste ces ondes cosmiques ?

« Est-ce que je ne remplis pas le ciel et la terre ? — déclaration du Seigneur. » (Jérémie 23.24)

C'est l'une des grandes ironies de la science : Einstein a modifié sa première théorie de la relativité générale en y intégrant une petite force répulsive afin de contrecarrer la force d'attraction de la gravité. Il estimait cette modification nécessaire parce qu'à grande échelle la poussée centripète de la gravité finirait par entraîner l'effondrement de l'univers alors que, comme tout le monde — lui compris — le savait, celui-ci était stable et éternel. Mais avec la découverte des décalages stellaires vers le rouge, de l'expansion de l'univers et du big-bang, il dut retirer sa modification, l'appelant alors sa « pire gaffe ». Or, cette « gaffe » allait réapparaître quelque 70 ans plus tard pour devenir candidate de poids au rôle d'énergie noire, cette étrange force motrice de l'expansion cosmique.

« Dieu, le Seigneur, celui qui crée le ciel et le déploie, […] celui qui donne la respiration à ceux qui peuplent [la terre] et le souffle à ceux qui la parcourent. » (Ésaïe 42.5)

La question de ce qu'est cette mystérieuse énergie et de son origine n'en fut pas résolue pour autant. Une des hypothèses préférées de nombreux théoriciens est l'énergie fluctuante du champ quantique, dont on pense qu'elle est inhérente au cosmos, saturant l'ensemble de l'espace. Mais cela rajoute à notre dilemme un surcroît de questions fondamentales : quelle est l'origine de cette source perpétuelle d'énergie ? Et quel est le « moteur » qui la soutient ?

« Ce Fils, qui est le rayonnement de sa gloire, […] soutient tout par sa parole puissante. » (Hébreux 1.3)

Autre problème : selon la théorie du champ quantique, la quantité d'énergie contenue dans un centimètre cube d'espace « vide » est supérieure à celle contenue dans toute la matière de l'univers ! (Je crois que Darth Vader ne plaisantait pas en disant : « Ne sous-estime pas la Force ! » Quelle puissance inexploitée !) Ce qui débouche sur la question suivante : pourquoi l'énergie que nous observons est-elle si quantitativement inférieure à celle qui est disponible ?

« Son éclat couvre le ciel, des rayons partent de sa main, la voilà, sa force cachée ! » (Habacuc 3.3,4)

Il y a, enfin, la « coïncidence » qui fait qu'énergie et matière existent dans les proportions exactes nécessaires à ce que l'univers reste sur le fil du rasoir entre l'expansion éternelle et l'effondrement final. Cela a amené certains chercheurs à conclure que nous vivons en un lieu et à une époque bénis de l'histoire, où les humains peuvent observer et disséquer bien des mystères de la création. Mais comme nous en avertit le physicien Brian Greene, « [toute réponse qui] dépend, pour sa réussite, d'une mise au point extrêmement précise d'éléments pour lesquels nous manque une explication fondamentale fait se cabrer les plupart des physiciens ».

« Et pourquoi donc ? » allez-vous demander. Parce qu'elle implique la présence de quelqu'un « en dehors » actionnant les commandes, chose strictement opposée aux « règles » du matérialisme scientifique. Aux jours ultimes, les gens seront « toujours en train d'apprendre sans jamais pouvoir arriver à la connaissance de la vérité. » (2 Timothée 3.7)

Durant les trois derniers siècles, les scientifiques ont fait d'immenses progrès dans la description des phénomènes naturels observables. Pourtant, chaque découverte s'est accompagnée de questions nouvelles, qui ont multiplié les mystères que nous contemplons. Il devient de plus en plus clair, cependant, que la transition de la description à l'explication dépasse la compétence de la seule investigation scientifique. De l'infinitésimal à l'infiniment grand, la conception et la structure de la nature nous font inexorablement nous tourner vers les merveilles de l'invisible.

La vague déferlante des sciences continue de dévoiler l'infrastructure cachée de la nature, et chaque nouvelle découverte témoigne en faveur d'une infrastructure surnaturelle qui non seulement suralimente et anime le cosmos, mais aussi détient les réponses ultimes aux questions que l'on se pose sur l'univers et sur le réel même. L'énergie noire n'est que le plus récent indice du fait qu'il y a quelque chose qui n'est pas vraiment naturel dans la « nature ».

Se faisant le porte-parole de nombre de chercheurs troublés par cette implication, Michael Turner, physicien de l'université de Chicago, a remarqué que « l'énergie noire détient la clé de la compréhension de notre destin [et] pourrait bien s'avérer être le problème numéro un de toute la physique et de toute l'astronomie ».

« Qui a connu la pensée du Seigneur ? » (Romains 11.34)

Depuis notre arrivée en scène, une rumeur persiste à courir à propos de l'invisible et de quelqu'un qui serait dans les coulisses, tirant les ficelles. Et malgré nos efforts pour reléguer cette notion enfantine, chaque coup de théâtre semble nous ramener inévitablement à cette rumeur.

Regis Nicoll est écrivain et membre du Wilberforce Forum. Après 30 années de carrière comme ingénieur dans le nucléaire et spécialiste des effets des radiations sur la santé, il est maintenant ancien et responsable du ministère pour les hommes de l'église adventiste de Collegedale. Il publie un regard chrétien hebdomadaire sur l'actualité. Pour figurer sur sa liste d'expédition gratuite par courriel, lui écrire à : centurion51@aol.com.

* Toutes les citations bibliques de cet article sont tirées de la Nouvelle Bible Segond.

Lectures complémentaires :

    La magie du cosmos, Brian Greene

    Une brève histoire du temps, Stephen Hawking

    Dark Energy and the New Cosmology, Michael S. Turner : http://supernova.lbl.gov/~evlinder/turner.pdf

    Dark Energy and the Preposterous Universe, Sean M. Carroll : http://pancake.uchicago.edu/~carroll/snapyellow.pdf

    Questions That Plague Physicists : A Conversation with Lawrence M. Krauss : http://www.freerepublic.com/focus/f-news/1178719/posts

    Scientists Ponder the Problem With Gravity : http://www.msnbc.msn.com/id/6273955/