Que signifie le mot « espèce » dans la Genèse

J'ai discuté avec mes collègues du sens du mot « espèce » mentionné dans le récit de la création de Genèse 1.21,24,25. Comment comprendre ce terme dans un contexte moderne Quel rapport a-t-il avec les termes et les classifications actuels de la biologie

Les réponses à quatre questions connexes permettront de mieux cerner le problème.

1. Que veut dire « selon leurs espèces » Le mot hébreu traduit par « espèce » est min, qui a le sens de « type », comme quand on trie les objets d'une collection en différentes catégories. L'expression « selon leurs espèces » et les expressions similaires sont utilisées dans trois contextes différents que l'on retrouve dans Genèse 1, 6 et 7, Lévitique 11 et Deutéronome 14. Par exemple, dans Genèse 1.21, il est dit que Dieu a créé des animaux « selon leurs espèces* ». Dans Genèse 7.14, le texte rapporte que les animaux sont entrés dans l'arche « selon leurs espèces ». Dans Lévitique 11.14, les oiseaux impurs comprennent « le faucon selon ses espèces ».

Ces textes ne se réfèrent en aucune manière à la reproduction ou à la possibilité ou non de changement de ces « espèces ». Au contraire, il semble que des expressions comme « selon leurs espèces » décrivent une diversité à l'intérieur de catégories comme les créatures aquatiques, les animaux qui rampent, les faucons, etc. Par exemple, Genèse 1.21 se réfère aux animaux aquatiques « selon leurs espèces ». Le texte pourrait aussi bien se traduire par « tous les types de créatures qui vivent dans l'eau ».

2. La référence aux « espèces » indique-t-elle que les « espèces » créées ne pouvaient pas changer et qu'elles étaient fixes Non. En réalité, la Bible prédit que les espèces vont changer. Un des résultats du péché a été la malédiction sur les plantes, produisant des épines et des chardons. Comment les épines et les chardons auraient-ils pu être le résultat d'une malédiction, s'ils avaient fait partie de la création originelle Le fait qu'ils représentent un changement indique que les plantes se sont modifiées depuis la création. La malédiction sur le serpent montre que les animaux aussi ont changé. Comment le fait de ramper pourrait-il être une malédiction si le serpent avait été créé rampant Ésaïe 65.25 suggère que Dieu projette que les loups ne mangeront plus les agneaux et que les lions ne seront plus des prédateurs, mais que toute la création vivra dans une paisible harmonie. L'existence de parasites et d'oiseaux incapables de voler indique que les espèces peuvent changer.

3. Les espèces peuvent-elles changer suffisamment pour que de nouvelles espèces se forment La Bible ne traite pas cette question, mais on peut l'explorer empiriquement. D'abord, nous devons définir ce qu'est une « espèce ». La définition la plus commune d'une espèce est « un groupe de populations se reproduisant ou capables de se reproduire ». Il y a de nombreux exemples de populations que l'on ne peut pratiquement pas distinguer et qui pourtant ne se reproduisent pas entre elles. Par exemple, la musaraigne d'Europe, un petit mammifère, semble similaire partout où on la trouve, mais des études détaillées révèlent des populations ne se reproduisant pas. De telles populations sont classées comme espèces différentes, qu'un non-expert puisse les distinguer ou non. De tels exemples indiquent de manière convaincante que de nouvelles espèces se sont formées.

Les espèces confinées dans une seule région exiguë apportent aussi des preuves de la formation de nouvelles espèces. Cela est particulièrement remarquable sur les îles. De nombreuses îles ont des espèces que l'on ne trouve nulle part ailleurs. C'est le cas des iguanes marins des îles Galápagos, des pinsons des îles Hawaï et du babiroussa, un cochon sauvage de l'île de Célèbes. Pour chacune de ces espèces, l'explication la plus raisonnable de son confinement dans une seule île est qu'elle a changé à cause de son isolement, après la colonisation de l'île par un ancêtre qui serait classé dans une espèce différente.

Le texte veut-il donc dire que les espèces peuvent changer sans limite comme dans la théorie de l'évolution Non. Le texte affirme clairement que Dieu a créé la diversité depuis le début. La diversité fait partie de la création originelle, qui est suivie d'une diversification. Il y a de nombreuses lignées créées indépendamment, dont certaines n'ont qu'une ou quelques espèces, tandis que d'autres peuvent en avoir un grand nombre (une « lignée » consiste en un type créé originellement et tous ses descendants).

4. Pouvons-nous utiliser certaines catégories taxonomiques pour identifier les lignées créées séparément Non. Les catégories taxonomiques sont établies subjectivement pour la commodité des taxonomistes. Il n'y a pas de relation directe entre une catégorie taxonomique et les lignées créées originellement. L'identification des membres d'une lignée est l'un des buts ete la recherche sur la création.

* Les textes bibliques sont tirés de la Nouvelle Bible Segond.

James Gibson (doctorat de l'université de Loma Linda) est le directeur du Geoscience Research Institute, 11060 Campus Street, Loma Linda, California 92350, U.S.A. Site Web : http://www.grisda.org.