Cynthia Prime : Une femme d’affaires adventiste qui a à cœur les orphelins du Swaziland atteints du VIH/SIDA

Énergique et enthousiaste, Cynthia Prime est une visionnaire en quête de nouveautés et de défis. Elle est autant à l’aise avec le riche qu’avec les orphelins atteints du SIDA. Enfant, Cynthia rêvait de devenir médecin dans quelque endroit reculé du monde. Après ses études secondaires, elle a déménagé de Trinidad – son pays d’origine – à New York pour étudier les sciences infirmières dans le but de devenir ensuite médecin. Hélas, son incapacité de voir du sang et le fait qu’elle s’identifiait trop avec la douleur des patients a vite réduit ce rêve à néant.

Cynthia a complété un diplôme en anglais, et un autre en radio et télévision. Au fil des années, elle a travaillé comme journaliste, comme agent en relations publiques, et comme consultante.

Elle a épousé Philip Prime, un chimiste. Le couple a déménagé à Indianapolis et a élevé trois enfants – une fille, plus deux fils adoptés – des adolescents à haut risque. Cynthia s’est joyeusement impliquée dans l’évangélisation auprès des jeunes, dans le Ministère des femmes, et a prêté sa voix aux sans voix. Pendant près de 10 ans, elle a présenté des séminaires aux femmes et aux adolescentes battues, et a donné des conférences abordant le problème de la violence conjugale. Elle a fondé l’un des premiers refuges pour femmes adventistes battues dans l’Union des Grands Lacs.

Après plusieurs années de carrière en tant que consultante en administration, Cynthia, avec l’aide de son mari, a fondé une compagnie de parfums, lesquels se retrouvent chez Bergdorf Goodman à New York et chez Harrods à Londres, entre autres.

Plus récemment, Cynthia s’est rendue en Afrique pour travailler parmi les orphelins atteints du VIH/SIDA. Avec Linda Schultz, sa partenaire dans le ministère, elle dirige Seeds of Hope Outreach (Graines d’espérance), un organisme à but non lucratif qui transforme l’avenir des orphelins, des enfants et des femmes vulnérables.

Vous êtes-vous déjà demandé pourquoi votre rêve d’enfance était si différent de votre parcours professionnel ?

Dieu nous prépare et nous conduit étape par étape, jusqu’au jour où le but de notre existence se dévoile entièrement. Ce n’est qu’alors que nous comprenons pourquoi nous sommes ici, pourquoi nous avons marché sur tel chemin pour y arriver. Chaque don, chaque compétence a sa place, et Dieu saisira toutes les occasions pour nous diriger.

Que vous a appris la parfumerie, et comment avez-vous servi les autres dans ce domaine ?

Le sens de l’odorat – largement sous-estimé – est aussi important que les autres. À cette époque, j’ai eu l’occasion de témoigner du Christ à des gens qu’il m’aurait été impossible de rencontrer autrement. Je rêve de voir cette industrie devenir une source d’inspiration. J’aimerais la voir créer des emplois dans des lieux tels que l’Afrique subsaharienne où le sexe est devenu un commerce pour ceux qui n’ont aucune autre option.

Comment êtes-vous passée des parfums haut de gamme aux pauvres orphelins frappés du SIDA ?

Il y a trois ans, j’ai été invitée en tant qu’oratrice à un camp-meeting au Swaziland. Ce pays compte l’un des plus hauts taux de VIH/SIDA dans le monde. Sur un million de personnes, il y a 120 000 orphelins et enfants vulnérables (OVC). Et soudain, j’ai compris.

Avant même ma visite, ce que j’ai appris a touché une corde sensible en moi. Mon rêve d’enfance était sur le point de se réaliser d’une façon différente, semble-t-il. Je me suis sentie appelée à guérir des cœurs plutôt que des corps. La première fois que j’ai vu 1 000 orphelins devant moi, j’ai su que ma vie ne serait plus jamais la même. Abandonnant la sécurité de mon travail, j’ai appris ce que signifie marcher par la foi. Dieu a manifesté sa puissance à maintes reprises. L’œuvre avance sur les ailes seules de la prière. On n’agit pas pour être remercié ou apprécié, mais simplement parce qu’il n’y a pas d’autres options.

L’œuvre Graines d’espérance (SOHO) est-elle née de ce voyage au Swaziland ?

Oui. Alors que je prévoyais me rendre au Swaziland, le bureau d’ADRA (Agence de développement et de secours adventiste) de ce pays m’a demandé de trouver des vêtements pour plusieurs milliers d’enfants, et de la nourriture pour mille.

Me voyant atterrée devant l’immensité du besoin, Danny Shelton, de 3ABN, m’a demandé : « À qui cette œuvre est-elle, Cynthia ? » Danny a été l’un des premiers donateurs pour le démarrage de ce ministère. Les dons venant des premières interviews diffusées ont permis à l’œuvre de se développer pendant la première année.

Vous vous sentez appelée à guérir les cœurs. Comment vous y prenez-vous ?

Les orphelins apprennent tôt dans la vie qu’ils sont de trop. On associe leur condition à la honte, ce qui fait de la douleur et du rejet une réalité quotidienne pour eux. Manquant de l’essentiel (nourriture, abri sûr, vêtements), ces enfants constituent des proies faciles.

Les refuges SOHO les nourrissent, les prennent en charge spirituellement, les instruisent, et leur enseignent comment survivre dans la société. Nous encourageons l’esprit d’entreprise à travers différents programmes de formation tels que la couture, l’ébénisterie, la soudure, le tissage, et l’agriculture.

Malgré les limitations d’une petite ONG, vous avez formé un solide réseau. Parlez-nous de certains de vos partenaires.

Les départements de l’agriculture et de l’ingénierie de l’Université Purdue en Indiana sont partenaires, de même que le département de psychologie à l’Université Nova Southeastern en Floride. Récemment, huit étudiants de doctorat et leur professeur sont allés au Swaziland et ont donné une formation sur la prévention de crise et du suicide. Certaines écoles publiques sont aussi impliquées.

L’Université Andrews au Michigan vient d’entrer dans le partenariat par une ferme de 27 hectares. Celle-ci produira de la nourriture pour les OVC et soutiendra l’œuvre de Dieu au Swaziland, où les revenus ont chuté parce que le SIDA a fauché pas mal de travailleurs. SOHO collabore aussi avec AMICAALL du Swaziland (l’Alliance des initiatives des maires pour l’action communautaire sur le SIDA au niveau local) pour développer un programme de prévention du VIH/SIDA.

Nous entendons beaucoup parler des victimes du SIDA. Comment éviter de devenir insensibles à leurs besoins ?

Nous devons d’abord reconnaître que les victimes du SIDA ne sont pas des statistiques, mais des personnes – des enfants et des jeunes bourrés de potentiel. Il nous faut utiliser ce que le Seigneur nous a donné pour faire le maximum. Une fois engagés, comment pourrions-nous devenir insensibles ?

Comment les lecteurs qui le désirent peuvent-ils s’impliquer dans SOHO ?

Le bénévolat est un bon départ. Il nous faut des musiciens, des professeurs, du personnel médical, des professionnels du sport et de la mise en forme, etc. Les étudiants peuvent se faire champions de SOHO sur leurs campus en mettant sur pied des campagnes de sensibilisation et en générant du soutien. Nous ne voulons pas que des dons, bien qu’ils soient tellement nécessaires pour permettre aux programmes de SOHO de continuer. Nous avons besoin de gens qui prêteront leurs voix aux sans voix. N’hésitez pas à visiter notre site Web, ou à nous téléphoner : http://www.seedsofhopeoutreach.org.

Et que prévoyez-vous prochainement ?

Nous avons démarré un programme spécial destiné aux foyers dirigés par des enfants, des préados et des ados de moins de 18 ans. Le Service de diffusion publique (PBS) s’est dit intéressé à produire un documentaire.

Je prévois aussi de publier un livre pour encourager les gens (les femmes surtout) à oser pour Dieu. Changer le monde n’est pas le travail des célébrités mais des gens ordinaires par qui Dieu veut faire un travail extraordinaire.

Heide Ford est directrice du Centre de ressources pour les femmes (WRC) à l’Université La Sierra à Riverside, en Californie. Le WRC a pour mission le développement professionnel et le leadership des femmes, et la défense de l’égalité entre les sexes au sein de l’Église adventiste (http://www.AdventistWomensCenter.org). Son courriel : hford@lasierra.edu.

Courriel de Cynthia Prime : cprime2000@aol.com.

Site Web de SOHO : http://seedsofhopeoutreach.org.