Dialogue : 25 ans de ministère mondial

Dialogue, c’est l’histoire d’un lancement ambitieux, d’une perspective internationale, d’un éventail d’auteurs et de lecteurs toujours plus large, et de surprises encourageantes tout au long de la route.

Le 25e anniversaire d’une revue constitue l’occasion parfaite de célébrer et d’évoquer des souvenirs. En 1988, Dialogue universitaire est né en réponse à un besoin. En effet, les milliers de brillants étudiants adventistes du monde entier qui fréquentaient des établissements publics d’enseignement supérieur risquaient de perdre leur foi en Dieu et d’abandonner les principes biblico-chrétiens. Il n’y avait pas grand-chose pour les aider à consolider leur foi.

Ayant moi-même été un tel étudiant en Argentine et aux États-Unis, et ayant rencontré un grand nombre d’étudiants lors de mes voyages internationaux, je connaissais parfaitement ces défis. Je sentais que pour garder les étudiants (ces futurs professionnels) engagés dans la mission adventiste, il était essentiel de développer et de stimuler leur esprit. Mon expérience de vice-président pour le développement éditorial à la Pacific Press Publishing Association m’avait procuré l’expertise nécessaire pour organiser le lancement d’une nouvelle revue. Un tel projet était un défi de taille, sans compter que ma charge de travail était déjà importante.

Cependant, grâce au soutien du Département de l’éducation de la Conférence générale et à l’encouragement de deux autres départements, nous avons décidé d’aller de l’avant avec un premier exemplaire doublé d’un sondage destiné aux lecteurs potentiels. Cette revue serait la première publication de la Conférence générale à paraître simultanément en quatre langues : anglais, espagnol, français et portugais. La page éditoriale soulignait les buts essentiels de la revue : aider les étudiants universitaires 1) à mieux connaître leur foi, 2) à la vivre de façon plus cohérente et 3) à la partager plus efficacement. Au sommaire, on présentait les rubriques : Essais, Profils, Logos, Vie de campus, Rapport d’activités, Pour votre information.

Mais quel titre donner à cette revue ? Après avoir dressé une liste de titres possibles, nous avons demandé l’avis du Comité pour les étudiants et universitaires adventistes (un comité récemment créé), à ses représentants régionaux et à des étudiants universitaires. Le Dr Gordon Madgwick, secrétaire exécutif du comité de l’éducation supérieure de la Division nord-américaine, a recommandé le titre finalement adopté. « Si vous désirez susciter l’intérêt de ce groupe spécial de lecteurs internationaux, a-t-il observé, alors le mot dialogue devrait figurer dans le titre. » La mise en page de la revue a été faite selon la technique du collage (avant la conception graphique informatique assistée par ordinateur). Le premier numéro de Dialogue universitaire imprimé en 1989 comptait 36 pages. Son tirage de 33 500 exemplaires – un tirage optimiste – était réparti comme suit : 18 500 exemplaires en anglais, 8 500 en espagnol, 4 000 en portugais et 2 500 en français.

Bientôt, les sondages complétés se sont mis à affluer. Et ils nous ont convaincus que la nouvelle revue apaisait une faim intellectuelle et spirituelle parmi les dizaines de milliers d’étudiants fréquentant les instituts d’enseignement supérieur et les universités. Après les sondages, un flot de lettres nous est parvenu de lecteurs intéressés d’un peu partout : Botswana, Canada, Colombie, France, République Dominicaine, Papouasie-Nouvelle-Guinée, Afrique du Sud, États-Unis et ailleurs. Ils posaient des questions de suivi, exprimaient leur désaccord avec des auteurs et ajoutaient des observations et des informations pertinentes.

Neidi Axford, de l’Institut d’enseignement supérieur Clark Community à Vancouver, Washington (États-Unis), nous a remerciés pour Dialogue et a ajouté : « Il y a si peu de publications pour nous ! On nous oublie et, en retour, nous oublions l’Église. Dans les prochains numéros, incluez s’il vous plaît des articles écrits par des étudiants sur la façon de s’impliquer dans la vie de l’Église, d’introduire le Christ sur notre campus, et de lui donner la première place dans notre vie lorsque nous sommes tentés par d’autres styles de vie. » La deuxième année de publication, nous avons donc ajouté la rubrique Courrier.

Une autre rubrique est devenue fort populaire. Il s’agit de la rubrique Échanges, où figurent le nom, l’adresse et une courte biographie de lecteurs intéressés à correspondre avec d’autres étudiants et professionnels adventistes du monde entier. L’échange croissant de cartes postales, de lettres et de souvenirs a forgé de belles amitiés et, dans quelques cas, s’est même terminé par le mariage ! Nous avons reçu des notes d’appréciation et même des photos de couples chilien-norvégien, cubain-mexicain, brésilien du nord-brésilien du sud, et de leurs enfants ! Plus tard, Dialogue a enrichi son contenu d’expériences personnelles sous la rubrique Première personne, de recensions de livres et de forums, en faveur d’un lectorat de plus en plus important.

Dialogue a encouragé l’établissement d’associations étudiantes adventistes dans de nombreux pays, en fournissant des directives et des suggestions d’activités, et en encourageant la nomination d’aumôniers. Ces associations ont tenu des cercles de prières, animé des Journées de la Bible, donné des livres adventistes aux bibliothèques, et lancé des programmes de service et d’évangélisation. Dans plusieurs cas, les associations ont été enregistrées officiellement et ont reçu des privilèges de la part des administrateurs de campus publics. Au Kenya, par exemple, des étudiants adventistes se sont réunis pour tenir des services de culte animés dans plusieurs campus universitaires publics. Dans deux autres universités publiques sur le continent africain, les autorités ont décidé de donner un terrain permettant la construction d’une église et d’un centre de service fournissant des cours gratuits sur la nutrition, des programmes pour cesser de fumer, et du tutorat. Le facteur décisif : un grand nombre d’étudiants et de professeurs avaient cessé de fumer et amélioraient leur régime alimentaire grâce à l’action des associations étudiantes.

Dans d’autres pays, cependant, le défi posé par des cours et des labos obligatoires le sabbat persistait. Dialogue a rapporté que dans un pays d’Asie, les universités publiques ont exigé que les étudiants en médecine et en dentisterie assistent à la cérémonie de remise de diplômes le sabbat pour pouvoir recevoir leur diplôme. De fidèles étudiants adventistes ont attendu six ou sept ans jusqu’à ce que, par la réponse de Dieu à leur prière, une exception soit faite pour qu’ils puissent recevoir leurs diplômes et commencer leur carrière.

Dans un pays de l’Afrique de l’Ouest, l’aumônier adventiste régional a rencontré les plus hautes autorités de l’Éducation nationale pour intervenir en faveur des étudiants prenant du retard dans leurs études en raison de cours et d’examens obligatoires le sabbat. L’aumônier a apporté des exemplaires de la revue Dialogue en anglais et en français pour montrer que les associations étudiantes adventistes locales font partie d’un mouvement international organisé. Le ministre de l’Éducation en a été tellement impressionné qu’il a écrit une lettre officielle accordant aux étudiants la permission de passer leurs examens un autre jour que le sabbat. À la fin de l’entrevue, le ministre s’est lui-même abonné à Dialogue !

Entre-temps, la liste internationale de professionnels adventistes ayant survécu aux défis d’une éducation universitaire publique s’est allongée, comme le prouvent les entrevues et la liste d’auteurs. À notre grande satisfaction, des essais parus dans Dialogue ont été cités dans des publications scolaires et érudites.

Quatre personnes ont contribué à aider la revue à atteindre son rythme de croisière. Gerard Latchman s’est chargé avec brio du passage de la mise en page manuelle à la conception graphique assistée par ordinateur. Beverly Rumble a vérifié la rigueur et la clarté de l’expression du texte anglais. Soutenue par son équipe de contributeurs, Julieta Rasi a peaufiné le processus de traduction en trois langues, et consolidé l’impression et la distribution internationale de Dialogue. John Fowler a hissé l’édition anglaise à un niveau professionnel.

Maintenant que Dialogue célèbre son 25e anniversaire – précisément l’âge moyen de nos lecteurs – nous remercions Dieu de nous avoir dirigés au fil des années. Les 72 numéros de Dialogue, des centaines d’articles, et près de deux millions d’exemplaires en quatre langues continuent d’atteindre des lecteurs du monde entier, les aidant à connaître, à vivre, et à partager leur foi biblique de façon plus efficace, sous le regard de Dieu. Ceux qui parmi vous désirent lire des articles publiés dans des numéros précédents peuvent consulter le site suivant : http//:dialogue.adventist.org. Puisse Dieu faire en sorte qu’un dialogue vivant se poursuive avec un lectorat branché sur le Christ jusqu’à son retour en gloire !

Humberto M. Rasi (titulaire d’un doctorat de l’Université Stanford) est fondateur et ancien rédacteur en chef (1989-2007) de Dialogue universitaire, ainsi qu’ancien directeur du Département de l’éducation de la Conférence générale. Son courriel : hmrasi@gmail.com.

Le visage de Dialogue a changé plusieurs fois au cours de ses 25 ans d’existence.